Mes 7 techniques pour lutter contre la procrastination

Depuis le début de l’année, je réalise plusieurs films de court-métrage d’animation (tu sais ? Les Mal-Aimés !)
Pour le moment, j’ai essentiellement travaillée seule à leur fabrication.
C’est long et fastidieux… tu l’imagines.

On me fait souvent remarquer que c’est à la fois : cool de travailler seul & courageux !
Encore cette semaine, je rencontre une professionnelle de ce secteur qui me dit admirer cette pugnacité…

Oui, mais voilà, ce n’est pas tous les jours facile…
Et comme beaucoup tu te demandes :

Comment rester productive sur un projet créatif long et fastidieux ?

Car – l’objectif est de ne rien lâcher…
Sinon, tes projets ne voient jamais le jour.

7 techniques contre la procrastination ou Comment rester productive sur un projet créatif long et fastidieux ? un blog de Hélène Ducrocq - Oeilbleu.com Réalisatrice de films d'animation

Et tu as raison.
Si toi aussi tu crées ou que tu entreprends des projets de façon régulière, tu sais de quoi je parle.

Comme je considère mon parcours et mon process comme un chemin d’apprentissage quotidien, j’ai pensé que de te le partager m’aiderait autant qu’il t’aiderait…
Qu’en dis-tu ?

Je vais partager avec toi mon quotidien de réalisatrice… qui fabrique en ce moment près de 40 minutes de film !!!

Donc.
Si je résume…

Depuis deux mois, je travaille sur un nouveau film du programme des Mal-Aimés qui sortira au cinéma en septembre 2020.
Et depuis deux mois, tous les jours, je me lève le matin, je prépare mes décors et j’anime dans le noir entre 3 et 15 secondes quotidienne.
Animer 3 à 15 secondes me prend entre 3 et 10 h par jour.

Le plus difficile ?
Rester motivée ! 

“Tu sais comment faire pour manger un éléphant ?
Une bouchée à la fois.”

J’aime bien cette expression… même si je suis végétarienne !
Elle représente parfaitement l’image que je me fais quand je commence un film.

Souvent quand je commence un plan, l’ampleur de la tâche me semble monstrueuse. J’ai l’impression d’être au bord d’un gouffre dans lequel je dois me jeter pour atteindre un gouffre suivant.

Je suis souvent réellement tétanisée à l’idée de commencer un plan. C’est là qu’arrive la procrastination. Je fait mille autres petites tâches inutiles alors que je devrais juste faire un autre plan.

Je vais donc te partager mes petits secrets pour manger un éléphant !

Mes 7 techniques pour lutter contre la procrastination

1. accepter l’imperfection🙈

Pour cela, je me focalise sur mon objectif et mon public cible. Il s’agit de faire des films pour les enfants, et non pas les professionnels de l’animation. Si l’éclairage n’est pas parfait, le cadrage un peu bancal ou l’animation boîteuse, il n’y a peut-être que 1% des spectateurs qui s’en rendront compte. En revanche, si je passe 5 h de plus par plan pour que tout soit parfait, c’est sûr, personne ne verra le film parce qu’il ne sera jamais fini avant la diffusion cinéma en septembre 2020 !

2. faire en sorte que ce soit simple 🐣

Au cours de mes expériences en cinéma d’animation, j’ai réalisé une trentaine de films aux techniques variées. J’ai toujours eu envie d’expérimenter des choses. La magie me semble être partout dans l’animation, faire bouger des objets image par image et ainsi leur donner vie est toujours un émerveillement pour moi. C’est pourquoi je continue d’essayer et d’expérimenter de nouvelles techniques.
C’est toujours un risque mais maintenant je fais en sorte que ce soit le plus simple possible.
Pour “Maraude et Murphy” par exemple, je dessinais les personnages dans TVPaint, puis, je prenais en photo les décors avec DragonFrame, puis j’assemblais le tout dans After Effect, j’ajoutais des effets de couleur et de lumière, du compositing, j’exportais (ça prenait quelques fois 24h) et enfin j’importais dan Final Cut Pro.
J’ai dit STOP !
Cette “pipeline de production” (procédure pour fabriquer un film) est beaucoup trop compliquée.
Elle explique d’ailleurs pourquoi j’ai mis 2 ans à faire ce film.

Moralité : pour un résultat de qualité égale, j’ai supprimé 2 logiciels sur les 4.
Et devine combien de temps; je gagne ?
Pas 2 fois plus de temps mais 20 ! Sans compter que le gouffre temporel me semble moins profond.

3. s’appuyer sur l’expérience 🧐

La confiance en soi, on n’en a jamais assez. En ce qui me concerne, j’ai beau avoir réalisé plus de 30 films en 13ans et avoir été payée pour le faire (ce qui veut dire que je n’ai pas été la seule à trouver mes réalisations valables). J’ai toujours un problème de confiance.
Alors, avant de commencer un plan qui me paraît difficile, je dis tout haut : “c’est un plan facile, ça va aller vite”.
Même si je galère à le faire par la suite et que ça me prend 3 heures penchée sur ma table lumineuse après, le plus dur est de m’y mettre donc en me disant ça, mon cerveau accepte de faire le premier pas sans broncher.
Et puis, de toute façon, une fois que c’est lancé on ne peut plus faire marche arrière. 

4. et encore accepter l’imperfection 🤗

On y est. Je viens de passer 3 à 10 heures sur un plan… il est terminé…
Mais, malgré le fait d’avoir terminé ma mission… il m’arrive de temps en temps d’avoir honte du rendu.
Non ! Pas de temps en temps… En réalité, ça arrive TOUJOURS !
Mais quand je le regarde quelques jours après ou quand quelqu’un d’autre le voit, il ne voit pas les énormes défauts que je lui trouve.
L’essentiel tient dans la continuité, il faut avancer, avancer, avancer !!! C’est le plus important ! !

6. se détendre💃

J’accepte donc “l’imperfection” de ce que je crée… et après ça, je franchis une nouvelle étape difficile…
Mais entre deux : je me détends !!!!!
Je fais quelques étirements, je danse, je vais promener le chien ou je médite. (Ou je joue sur mon téléphone, mais ça ne me détend pas vraiment, j’avoue).
C’est encore un des avantages de travailler pour soi ! De faire ce qui me plait… et de ne rendre de compte à personne – sauf à mon public !
J’ai le DROIT de me détendre, j’ai le droit de faire une pause, j’ai le droit d’aller prendre l’air… Et rien, ni personne ne va me faire une remarque là-dessus !
D’ailleurs, j’estime même que ces pauses qui me prennent une demi heure, ne sont pas des pertes de temps… mais au contraire, elles font partie de mon processus de création & m’aident à faire des trucs bien.

7. se récompenser👑

Si on est si accro aux réseaux sociaux, c’est grâce au système de récompense orchestré par les <3 ou les j’aime. (On appelle ça un système de gamification !)
Se fixer des objectifs à court, moyen et long terme et s’offrir des récompenses est une bonne méthode que j’ai testée.
Par exemple, après avoir pratiqué tous les matins 10 min de yoga pendant 2 mois, je me suis offert un magnifique tapis de chez Baya*. Si il m’était difficile de m’y mettre avant, maintenant j’adore dérouler mon tapis et ça ne me demande plus d’effort aujourd’hui.
Un autre système de récompense qui leurre un peu le cerveau mais qui fonctionne : Habitica – mon nouveau compagnon de bonnes habitudes !
C’est une application sur laquelle on rentre ses bonnes et mauvaises habitudes et grâce à laquelle on gagne des points, des objets numériques et des armures pour affronter des boss. On a commencé ça avec des copines en nous constituant une équipe, on arrive à aller plus loin dans nos projets parce que si on fait cette tâche supplémentaire, on gagnera un œuf de licorne ou une côtelette avariée qui nous permettra de nourrir nos familiers. C’est très drôle et très gratifiant. 

BREF.
Tu l’auras compris… Nourrir son processus créatif est aussi important que nourrir son envie de FAIRE !
Trouver une routine qui te permet de rester motivé.e est selon moi une des clés du succès d’un projet.
Et quand je parle du succès d’un projet, c’est de réussir à aller au bout de celui-ci.

à ton tour désormais.
Dis-moi en commentaire quelles sont tes techniques préférée pour rester motivé.e ? 

CADEAU :

  • Je te recommande chaudement la Marque Baya pour ta pratique dy yoga… et je t’offre 10 € sur leur boutique en ligne avec ce code promo > WLCHFR4OPD

 

Ne rate pas la suite de mes aventures créatives ! enregistre ton email et apprends à libérer ta créativité !


 

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.