Comment je voyage grâce à mes films

L’égérie du film « Un peu perdu » pendant un de ses nombreux voyages.

Après avoir fini le montage, mis le mot « fin » et écrit soigneusement le nom de toutes les personnes qui m’ont aidées au générique du film, le film est enfin fini !

Vraiment ? Alors commence sa seconde vie : la diffusion et je vais vous parler ici plus précisément de la diffusion en festivals. Celle qui me faisait rêver quand j’étais étudiante : je pensais que c’était un moyen de voyager facilement !

Ha ! les soirées cocktails sur les yachts au festival de Cannes !

Et bien ça sera plutôt soirée bières-patates au festival non moins reconnu d’Ouroux en Morvan ! Voici comment j’ai découvert que voyager là où mes films sont sélectionnés est un stade de reconnaissance professionnel et du public ultime !
En tout cas, pour moi, c’est ça. 

J’adore voyager, j’adore que mes films soient projetés, du coup, voyager grâce à la sélection de mes films est un grand bonheur. 

Il faut dire que faire un film d’animation est un long travail solitaire pendant lequel on s’efforce de penser au spectateur, alors quand au bout de plusieurs mois, celui-ci découvre le film, c’est super important !

Comment faire pour atteindre ce graal absolu qu’est le badge de sélection en festival accroché autour du cou dans une contrée inconnue? 

Quelle fierté d’arborer un badge professionnel !

Pour mes premiers films, je me suis occupée des envois en festivals moi-même. J’avais fait une liste dans google doc avec les dates d’envois à respecter, les adresses, si j’avais été sélectionnée ou non… pffffff gros gros taf qui me prenait au moins un jour par semaine pendant un an. Je ne partage pas cette liste parce qu’elle est périmée, les festivals changent de date tous les ans, de conditions, de thèmes… impossible d’avoir des valeurs fixes. 

mon tableau ressemblait à ça. Autant dire que j’étais super motivée pour que les films que nous réalisions à Citron Bien soient sélectionnés !!

le tableau de l’angoisse

Alors :  par où commencer ???

Pas le choix, les films ne sont pas diffusés si ils ne sont pas d’abord envoyés en festival.

Il est préférable que les films ne soient pas déjà diffusés sur Youtube ou Viméo en public pour que les festivals aient un interêt pour les sélectionner. C’est en train de changer mais c’est souvent comme ça. Du coup, personne ne peut repérer votre film sur internet si vous ne lui envoyez pas d’abord ! Par la suite, beaucoup de sélectionneurs font leur marché sur d’autres festivals, donc plus le film est sélectionné, et plus il a de chance d’être sélectionné à nouveau.

Commencez à envoyer votre film dans les festivals de votre région.

Votre cinéma de quartier, votre ville, votre département organisent peut-être un festival qui pourrait correspondre au film que vous venez de terminer ? Commencez par là ! c’est un bon moyen de montrer votre film en terrain connu, d’amener des amis et famille pour les premières projections, c’est rassurant et encourageant. Et surtout de tester son potentiel & le montrer à votre entourage dans de bonnes conditions.

Jetez vous à l’eau

Ensuite, attaquez vous au gros du travail : préparez vous à envoyer une centaine de mails, courriers et plateformes de sélections. Oui, une centaine. C’est une moyenne pour qu’un film trouve sa place dans les cinémas du monde.

Le CNC ( Centre National de la Cinématographie ) a une liste de festivals « catégorie 1 », il y en a déjà une centaine, rien qu’en France. Clic sur ce lien et télécharge le « tableau des diffusions », miam ! un fichier excel !

Tous ne correspondront pas à votre film, certains ont des spécialités, un thème spécifique chaque année, sont organisés une année sur deux… il faut aller voir tous les sites, et faire du cas par cas.

Comme c’est le top, c’est aussi là que les places sont les plus chères.

Arrosez de partout et attendez que ça pousse

Après avoir envoyé un maximum de festivals « catégorie 1″, il faut essayer les autres festivals (« catégorie 2 »). Et là, vous avez mille festivals qui se lancent tous les ans partout dans le monde et cinq cent autres qui se ferment. C’est la foire et il faut attentivement lire les petites lignes, car certains coûtent chers (notamment ceux aux Etats-Unis) ou s’octroient le droit de diffuser le film librement après le festival (danger) : là où ils veulent – quand ils veulent – voir même de le vendre (au secours !) 

Je vous conseille de faire un tableau sur une année pour savoir quand s’ouvrent les candidatures afin que vous ne ratiez pas un envoi. Il faut faire des envois tous les mois, sur deux ans maximum. En général les festivals n’acceptent pas les films plus anciens.

Au bout de quelques temps, acceptations ou refus, vous commencez à percevoir quels type de festivals votre film séduit. 

Il y a des types de festivals pour tout, il suffit de trouver sa « niche ». Par exemple, pour mon film Phobo, alors que je pensais le présenter en animation, le film a finalement séduit les festivals de film de danse & les festivals de films expérimentaux ! 

Quand le film est sélectionné, il est de bon ton de mettre des petits lauriers sur l’affiche. 🙂

Pour les enfants, danse, horreur, écologie, documentaire, fiction, animation, musique … il y en a pour tous les goûts !  Une valeur sûre : http://www.filmfestplatform.com/

Sinon, all over the world, https://www.shortfilmdepot.com/fr, soyez bilingues, et triez bien ! 

Parmi ces festivals, les plus réputés, les plus riches ou les plus sympas invitent les réalisateurs. 

Des fois, c’est moins glamour que les yachts à Cannes, mais on n’est pas moins fiers. Ici avec Ludovic Veuille au festival d’Ouroux en Morvan !

Finalement, quand vous voyez la masse de travail qu’il faut abattre pour pouvoir voyager grâce à ses films, il vaut peut-être mieux réserver directement un logement sur AirBnB soi-même. Mais c’est pas pareil, vous en conviendrez.

Aujourd’hui, pour s’occuper des envois en festivals, nous avons engagé une agente de distribution dont c’est la spécialité Mikhal Bak. Et depuis plus d’un an, nous recevons toutes les semaines de nouvelles sélections et c’est vraiment magique à chaque fois. 

Les festivals qui nous ont invité : 

Ça fait 15 ans que je fais des films, et mes premiers courts-métrages n’ont pas toujours eu un succès planétaire… loin de là. Mais je crois que mes films ont été sélectionné dans plus de 200 festivals environs, dont la plupart grâce à mon dernier film « Un peu perdu ».
Je réalise 1 film par an et j’ai du me rendre dans une dizaine de festivals en tout.
Tous ne proposent pas un accueil pour les réalisateurs, et parmi ceux là, tous ne sont pas géniaux.

Voici un aperçu de ceux pour lesquels nous avons eu la chance d’être invités Pierre Dron (producteur et conjoint) et moi.

Je vais noter ces festivals en fonction de 2 critères (c’est forcément subjectif !) :
– mon expérience réal – à savoir : comment j’ai été accueillie en tant que réalisatrice, la qualité de diffusion du film, les rencontres avec d’autres réalisateurs, …
– mon expérience de voyages –  à savoir : qualité d’accueil, financement du voyage et du logement,

je mets des étoiles : ⭐️⭐️⭐️⭐️

ces petites notes n’engagent que moi mais peuvent vous donner une idée des festivals qui accueillent le mieux les réalisateurs. Il n’y a pas encore à ma connaissance de Trip Advisor spécial sélection en festival alors que c’est toujours l’inconnu. Des fois c’est bien l’inconnu, mais c’est bon aussi d’avoir des retours d’autres personnes. D’ailleurs ce serait super d’avoir les vôtres !! contactez moi !

« Cinéma dans les étoiles » à St Laurent le Minier

Mon premier festival en tant qu’invitée !
C’était organisé à l’époque par mon idole Bernard Palacios, il peignait lui-même des statuettes de récompenses pour tous les participants.
Les réalisateurs étaient accueillis chaleureusement, logés chez l’habitant et avec le sourire !
BREF. Je ne pouvais rêver mieux comme première expérience.

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️⭐️ expérience voyageuse ⭐️⭐️

premier et plus beau trophée du monde : le Lezard Vert de Bernard Palacios

 

Festival d’un jour de Valence

expérience réalisatrice ⭐️⭐️ 

expérience voyageuse ⭐️

L’entrée de ce festival est gratuite, et c’est dans ma ville que ça se passe donc ce n’est pas vraiment un accès VIP mais les projections sont toujours blindées et les réactions d’un public qui n’a pas payé son entrée sont forcément intéressantes et sans pitié. Donc si ça plaît là, c’est vraiment cool. En revanche, rien n’est prévu pour présenter les réalisateurs au public. 

 

 

Festival d’Annecy

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️⭐️
expérience voyageuse ⭐️⭐️⭐️⭐️

Totale classe d’être sélectionnée à Annecy, avoir un petit badge « en compétition », être logé à l’hotel, avoir des tickets repas, le trajet défrayé. 

Non seulement c’est valorisant d’avoir été sélectionnée dans ce festival mondialement connu, mais en plus Annecy est une très belle ville qui vaut le détour, surtout si on est logé (parce que sinon, c’est très très cher et il faut s’y prendre bien en avance)

Pierre Dron en soirée chic à l’hôtel Impérial d’Annecy. Croquis fait en 2009

INTERFILM Berlin

Un grand nom pour un festival, une programmation internationale et eclectique. Nous avons été hebergés dans un appart’hotel avec deux islandais, c’était chouette. Et surtout pouvoir visiter cette ville qui était dans notre Bucket List ! Pouvoir être présente quand 350 petits allemands de 3-5 ans rient et applaudissent mon film « Un peu perdu » lors du festival Interfilm à Berlin, a été l’un des plus beaux moment de ma vie.  Avec deux présentatrices qui ont vraiment bien amené les films, et une salle de tout petits en délire ! c’était dingue. Par contre, ils n’ont pas offert de défraiement pour le trajet mais c’était pas très grave étant donné que c’était vraiment pas cher d’y aller en avion… genre moins cher que pour aller en train voir ma mère, c’en est même scandaleux. (bouh ! la SNCF plus cher que l’avion !!!)

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️⭐️
expérience voyageuse ⭐️⭐️⭐️

Avant la projection de l’extrême : une salle remplie d’enfants de 2-4 ans !

 

Ale Kino – Poznan

Alors si vous voulez vous sentir comme un coq en pâte, c’est LE festival où il faut être invité !! Hotel chic, cocktails, petits cadeaux (bonnet foufou, jolis sacs, carnets,…)

Les billets d’avion ont été pris en charge ET nous avons eu un per diem pour pouvoir manger dans tous les restaurants de la ville ! Des nounous nous emmenaient partout, planifiaient notre séjour, bref c’était Vraiment, vraiment classe. Faut juste prévoir des vêtements bien chaud parce que en novembre il y a genre 3 heures de soleil par jour et pour peu que tu étais à une séance à ce moment là, tu vis la nuit polaire. Sinon ça a été l’occasion de rencontrer de chouettes réalisateurs avec qui nous sommes toujours en contact ! N’est-ce pas Levon Minassian ?

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️
expérience voyageuse ⭐️⭐️⭐️⭐️

Au festival Ale Kino en Pologne

 

Ouroux en Morvan

(c’est la photo en Kway en début d’article)🌂Alors, les pieds dans la boue, sous la pluie, voir son film projeté dans une grange… ça reste une expérience mais il faut bien avouer que ça n’est pas au goût de tout le monde. Nous avons été très bien accueillis, logés chez l’habitant et nourris au barbecue, le trajet défrayé. Si j’ai pu retrouver des amis sur place, je n’avais aucune envie de gagner un prix (un jambon) (je suis végétarienne). Les siestes musicales bobo étaient cool, les soirées aussi. 

expérience réalisatrice ⭐️
expérience voyageuse ⭐️⭐️

Festival premiers plans D’Angers

celui ci c’est pour les premiers films, donc je ne pourrai plus y retourner… à moins de faire un premier long métrage… au rythme de 8 min par an, c’est pas gagné.

Nous avons été logé à l’hotel. J’étais morte de trouille à l’idée de faire une présentation de mon film donc j’ai super mal dormi, mais sinon ils ont payé le trajet en train et il y a un carré VIP sur le festival. On se sent important quand on est dans un carré VIP, même si au fond on s’ennuie un peu 😀

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️

expérience voyageuse ⭐️⭐️⭐️

présenter son film devant un graaaaaaaaaand écran et 1200 personnes.

Festival de Clermont Ferrand 

LE festival de court métrage, the place to be ! Mais bon, nous n’étions pas en compétition donc on n’a pas eu d’hébergement offert, ni de trajet. Une soirée petit four et une projection spécial musique (avec larsen, ça pique). En revanche, trois accréditations pour le musicien et nous, on a pu faire une orgie de courts métrages ! 

J’aimerai pouvoir y être invitée avec un film en compétition. 

expérience réalisatrice ⭐️⭐️⭐️ 

expérience voyageuse ⭐️

❤️Pierre Dron producteur et Gérard Bonnotte compositeur de mon film « Phobo »

Conclusion ⭐️⭐️⭐️⭐️ :

Les festivals de cinéma sont, la plupart du temps, initiés pour combler un manque d’activité dans une ville, et se déroule donc souvent en hiver 🥶…. Il fait donc souvent froid en festival ! C’est pas la croisette avec robes légères et lunettes de soleil ! à part à Annecy où on peut avoir les 4 saisons en une heure et faire l’oignon toute la journée (enlever et remettre des couches de vêtements 🙂

Au départ je pensais que voyager avec mes films me donnerait l’opportunité de découvrir de nouveaux pays, de voyager à l’œil et d’être VIP. On ne va pas se mentir, ce n’en est pas le principal intérêt ! En fait c’est même un sacré boulot : entre faire le travail d’envoie en festival, organiser le trajet quand ce n’est pas pris en charge par le festival (c’est à dire la plupart du temps), faire les trajets, souvent longs car même si c’est en France, ce ne sont pas les destinations les plus accessibles qui organisent les festivals, et sur place assurer la présentation du film à -au moins- une séance, c’est un sacré job! 

Dernièrement, un festival m’a invité gentiment à venir sans hébergement ni défraiement de voyage, au Canada, en me demandant en plus de faire des ateliers! Ils m’ont assuré qu’il y aurait une super ambiance dans le festival.🤔 Accompagner un film en festival, même si c’est super cool et qu’il y a un carré VIP avec des cacahouètes gratuites, demande pas mal d’énergie et surtout, pendant ce temps là on ne peut pas travailler sur le film suivant ! 🤯

Si le festival offre des accreditations, pourquoi pas si c’est une ville que j’ai envie de visiter, et que j’en ai les moyens. (J’ai du refuser d’aller en Suède et à Ljubljana dernièrement, ça m’a fendu le cœur.) **

Et si c’est tout offert, c’est avec plaisir ! Quel bonheur d’être invitée !! même si j’ai au même moment une tonne de boulot, c’est quand même trop génial de voyager avec son film ! ****
Et de rencontrer d’autres professionnels (réalisateurs – producteurs – comédiens – organisateurs de festivals..)

Et vous ?

Avez vous déjà voyagé avec votre film ? Quelle est votre meilleure expérience de festivalier ?  Racontez-moi en commentaire !

 

Si vous voulez recevoir quelques nouvelles de mes projets, inscrivez-vous à ma mailing list !
Je ne spam pas & j’envoie des nouvelles (trop) rarement…




Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.